La recherche

Ce thème est en lien avec la conférence (in)visible.

Qu’est-ce la recherche?

L’un des piliers des universités contemporaines est de scinder leur corps professoral en plusieurs classes: professeurs titulaires, adjoints, visites, remplacements, à temps partiel, etc. Cette fracturation du corps professoral n’est pas accidentelle, mais reflète le modèle économique. La principale ligne de démarcation qui sépare le corps professoral se situe toutefois entre les professeurs « réguliers » qui mènent des recherches et les professeurs à temps partiel qui enseignent « uniquement ». À l’Université d’Ottawa, par exemple, les professeurs de l’APUO (à temps plein) sont rémunérés selon la formule 40-40-20 pour la répartition de leur salaire en termes de recherche, d’enseignement et de service. D’autre part, les professeurs APTPUO (à temps partiel) sont payés exclusivement pour l’enseignement. Si les professeurs à temps partiel «seulement» enseignent, leur salaire pourrait être justifié au prorata, à seulement 40% des professeurs permanents.

L’idée que les professeurs à temps partiel ne mènent pas de recherche, cependant, ne tient pas la route. Premièrement, la majorité des professeurs à temps partiel ont un doctorat qui a nécessité la réalisation d’un important projet de recherche. Deuxièmement, comment pouvez-vous séparer l’enseignement de la recherche? Vous ne pouvez pas enseigner un sujet que vous n’avez pas maîtrisé. Troisièmement, bien que les professeurs contractuels ne soient pas rémunérés pour les services rendus, de nombreux services bénévoles, tels que les rencontres avec les étudiants et la rédaction de lettres de recommandation, constituent des tâches inhérentes à l’enseignement. Bien que la composante de service formel puisse être absente de leur contrat, au moins certaines des fonctions de service exécutées par des professeurs titulaires sont également effectuées par des professeurs contractuels en tant que travail non rémunéré. En fait, étant donné que les professeurs contractuels enseignent généralement à beaucoup plus d’étudiants, le temps qu’ils consacrent au service est dans certains cas considérablement plus long que les professeurs titulaires.

La principale différence entre les professeurs permanents et non permanents ne réside pas dans leur qualification de base, mais dans le soutien institutionnel qu’ils reçoivent pour la recherche. Tous les professeurs font des recherches pour se préparer à leurs cours. Les professeurs permanents doivent également solliciter des subventions et publier dans des revues scientifiques pour obtenir une promotion. Bien que les professeurs titulaires soient rémunérés, honorés et soutenus pour la conduite de cette recherche, les professeurs non titulaires reçoivent souvent une aide financière minime pour assister à des conférences professionnelles ou un soutien institutionnel pour postuler à des subventions. Néanmoins, de nombreux professeurs contractuels surmontent encore ces obstacles institutionnels pour publier dans des revues scientifiques; une réalisation rarement reconnue, célébrée ou récompensée par des universités dont la structure de coûts repose sur le subterfuge voulant que seuls des professeurs titulaires mènent des recherches.